Distorsion de ségrégation méiotique

En génétique, la distorsion de ségrégation méiotique correspond à la situation lors de laquelle, à l'issue de la méiose, l'un des deux allèles d'un locus d'une cellule hétérozygote a le pouvoir d'être surreprésenté dans les gamètes.



Catégories :

Génétique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Conflits génétiques, bases moléculaires et histoire évolutive de la distorsion de ségrégation méiotique sex-ratio, bases moléculaires de l'isolement... (source : legs.cnrs-gif)

En génétique, la distorsion de ségrégation méiotique (ou distorsion de ségrégation, ou distorsion méiotique) correspond à la situation lors de laquelle, à l'issue de la méiose, l'un des deux allèles d'un locus d'une cellule hétérozygote a le pouvoir d'être surreprésenté dans les gamètes.

Mécanismes

La méiose est la division cellulaire qui, chez les individus à reproduction sexuée, permet la production de cellules haploïdes à partir d'une cellule diploïde contenant le génome biparental. La méiose est supposée assurer une répartition égale de l'information génétique d'origine entre les deux cellules filles.

Pour un locus donné, la génétique mendélienne montre que lors de la méiose, la moitié des gamètes (spermatozoïde ou ovule) reçoit un exemplaire du gène paternel et que l'autre moitié des gamètes reçoit un exemplaire du gène maternel. Cette répartition équitable des allèles n'est cependant pas forcément de règle, la méiose constituant un moment favorable à la naissance de conflits génétiques.

En effet, les deux formes alléliques au niveau d'un locus sont en compétition pour leur représentation dans les gamètes. Dans une cellule hétérozygote, si l'un des allèles a le pouvoir d'entraîner un biais dans la ségrégation méiotique qui lui permet représenté dans la majorité des gamètes, alors il sera choisi au fil des générations.

Cependant, le facteur de distorsion ne peut être choisi que si le biais de ségrégation ne fait pas chuter de manière trop importante la fertilité de l'individu, ce qui viendrait contrebalancer le pouvoir de distorsion. La distorsion de ségrégation peut conduire in fine à la disparition de la forme allélique contre-choisie. Dans ce cas le facteur de distorsion devient invisible puisque l'ensemble des individus en héritent.

La distorsion de ségrégation méiotique est universellement répandue et a été mise en évidence chez de nombreuses espèces d'animaux et de plantes. Elle rentre dans le large domaine des «conflits génétiques» et est un argument fort pour la «théorie du gène égoïste».

Cas des déterminants génétiques du sexe

Chez les espèces dont la détermination du sexe se fait grâce aux chromosomes sexuels, comme chez les mammifères et les oiseaux, l'un des sexes possède deux chromosomes sexuels semblables, tandis que l'autre sexe possède deux chromosomes sexuels différents et détermine le sexe de sa descendance.

Quand la méiose de l'individu hétérogamétique au niveau de ses chromosomes sexuels se passe normalement, une moitié des gamètes récupère un chromosome et l'autre moitié des gamètes l'autre chromosome. Ce partage uniforme assure un nombre égal de mâles et de femelles dans la descendance de l'individu.

Si un chromosome sexuel est capable de biaiser la ségrégation de façon à faciliter sa transmission dans les gamètes, il sera choisi au cours du temps et pourra modifier le sex-ratio de la population. Cependant, un facteur de distorsion sexuel ne peut jamais envahir une population pour la raison suivante : le parent (hétérozygote pour le déterminant sexuel) qui est capable d'augmenter le taux d'un sexe dans sa descendance, provoque par la même occasion une baisse des possibilités de multiplication de ce sexe majoritaire. En effet, le sexe le plus rare (qui ne contient pas le facteur de distorsion) est celui qui a le plus de possibilité de trouver des partenaires sexuels dans la population, et par conséquent aussi celui qui est le plus à même de transmettre ses gènes. Tôt ou tard, le sex-ratio est par conséquent conduit à s'équilibrer dans la population.

Très beaucoup répandue chez les espèces, la distorsion de ségrégation méiotique au niveau des chromosomes sexuels a été particulièrement étudiée chez la mouche drosophile.

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Distorsion_de_s%C3%A9gr%C3%A9gation_m%C3%A9iotique.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 17/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu